logo
Main Page Sitemap

Débat contre la prostitution


Une personne prostituée, quelles que soient ses conditions dexercice, effectue à répétition, sans désir, des actes sexuels imposés par la contrainte physique, financière ou sociale.
Le délit de racolage cantonne le ou la prostitué(e) dans un statut de délinquant(e et contrairement à l'objectif affiché, ne sert absolument pas à lutter contre les réseaux.
Selon l'étude Prostcost, menée par le Mouvement du Nid et la société d'experts Psytel et rendue publique taux de change rub usd en 2015, il y.000 prostitué(e)s en France, dont la grande majorité (62) officieraient sur internet, 30 dans la rue et 8 dans des bars à hôtesses.Si la loi rend lachat dorganes impossible, cest afin déviter que ne se développe un marché (doublé dun trafic) et de garantir que nul ne soit réduit à se séparer dun organe pour des raisons financières.On constate que les 343 salauds (17 en réalité fiers de brandir leur manifeste pour préserver le droit dêtre "client nont pas levé le petit doigt pour défendre les personnes prostituées lorsque la Loi de Sécurité intérieure de 2003 a aggravé leur pénalisation.Dans une tradition très libérale, issue de John Locke, les opposants à la loi conçoivent la liberté comme la capacité de disposer librement de son corps.Un système de légalisation de la prostitution qui recommande des examens médicaux et des certificats uniquement aux femmes et non aux clients, est évidemment discriminatoire envers les femmes.En cela, la première proposition de loi de 2013 avait des mesures intéressantes.Je pense que malheureusement si la prostitution venait à être abolie, tout ça se passera loin des regards, les prostitué(e)s mourront dans lindifférence générale.La marchandisation des femmes est beaucoup plus visible et sest extrêmement intensifiée.On peut désapprouver moralement, on na pas à décréter illégal ce que lon trouve immoral.Le nombre de prostitué(e)s en France est d'environ.000, selon des chiffres de l'Office central pour la répression de la traite des êtres humains (.Une grande majorité sont des femmes.Et lensemble des mesures de la proposition de loi, y compris la pénalisation des "clients va dans le sens dune plus grande protection des personnes et de leur santé.Les clients ne sont pas du tout embêtés alors qu'ils contribuent au système prostitutionnel.Une femme qui était dans la prostitution ambulante a déclaré : «Le chauffeur joue en quelque sorte le rôle de garde du corps.Pourquoi la prostitution serait-elle forcément une violence?



La prohibition ne change rien à la société, et napporte aucune amélioration à la situation des personnes prostituées qui sont autant poursuivies (sinon plus) que les proxénètes et les clients.
Par crainte de la police, les putes se cachent, vont exercer en périphérie des grandes villes, et sont de fait moins accessibles ".

[L_RANDNUM-10-999]
Sitemap