logo
Main Page Sitemap

Les derniers libertins benedetta craveri





Ils furent maîtres aussi dans l'art de la séduction et echange vehicule loa leurs nombreux succès galants auprès d es dames du grand monde ne les empêchèrent pas de pratiquer le libertinage dans se s acceptions les plus diverses.
Après une longue quête, Lauzun découvrit l'a mour sous forme d'amitié amoureuse, Brissac d'attirance érotique irrésistibl e, le chevalier de Boufflers de passion de l'intelligence et du cœur, les deux Ségu r d'affinités électives, Vaudreuil de complicité sentimentale et Narbonne de communauté d e goûts.Figures emblé matiques d'une civilisation aristocratique qui echange avec ma femme jetait ses derniers feux, ils un issaient au privilège de la naissance les qualités dont la noblesse s'enorgueillissait le plu s : fierté, courage, raffinement, culture, esprit, art de plaire.Prétendant aux plus hautes fonctions au service du Roi, ils devront composer a vec la cour où les alliances se font et se défont au gré dintrigues savantes et souvent cruelles.Chacun deux, en même temps, veut se forger un dest.La guerre d'indépendance américaine ne fu t pas moins décisive pour le duc de Lauzun et le comte de Ségur, qui à cette occasio n reçurent la preuve qu'un pays démocratique gouverné par des citoyens libres n'éta it pas pure utopie livresque.Lhistorienne italienne Benedetta Craveri, spécialiste de cette époque et auteur du remarquable essai.Dans ce dernier cas, toutefois, il s'agissait d'une guerre civile, Franç ais contre Français, et Lauzun n'y était pas préparé.À la différence de La Fayette et Dumouriez, il resta à son poste et commanda success ivement l'armée du Rhin, l'armée d'Italie et les troupes chargées de réprimer la rév olte vendéenne.Curieux de tout et partout à leur aise, Lauzun, Boufflers, l'aîné des Ségur, Narbonne, Vaudreuil furent de grands voyageurs que nous suivrons en Afrique, en A mérique, en Angleterre ainsi qu'en Italie, en Allemagne, en Pologne, en Russie.D'ailleurs, si nous en savons autant sur eux, c'est qu'ils se sont racontés dans force Mémoires, lettres et poèmes et qu'ils figurent dans les journaux et les correspondances de l'époque.Constitutionnel convaincu, Narbonne fut le dernier ministre de la Guerre nommé par Louis XVI grâce à la campagne obstinée menée en s a faveur par Mme de Staël qui avait perdu la tête pour lui, mais son projet de redonner un prestige au roi par.Constitutionnel comme lui, le comte de Ségur choisi t pour sa part de rester en France avec sa famille et son frère, qui ne nourris sait plus d'illusions sur l'issue des réformes depuis longtemps.En tout cas, i ls ne se demandaient pas jusqu'où ces avantages étaient compatibles avec les réformes don t ils se faisaient les hérauts.Tous, endeuillés par la mort sur l'échafaud de parents, amis, connai ssances, étaient conscients de ne pas avoir accompli leur destin et se sentaient coup ables de survivre à la disparition d'un monde qu'ils avaient intensément aimé et dont ils avaient contribué à accélérer.«Liberté, royauté, aristocratie, démocratie, préjugés, raison, nouveauté, philosophie, tout se réunissait pour rendre nos jours heureux, et jamais réveil plus terrible ne fut précédé par un s ommeil plus doux et par des songes 3 plus séduisants.» Mais en alla-t-il vraiment ainsi?
Chacun d'entre eux voulut se forger un destin confo rme à l'image qu'il se faisait de lui-même.
C'est donc bien qu'il y eut en France, de 1750 à 1789, un moment très spécifique où les élites ont développé un je-ne-sais-quoi magique.


[L_RANDNUM-10-999]
Sitemap